est la revue trimestrielle qui reprend toute l’actualité et les informations techniques et pratiques de l’emballage imprimé.

De la création à la conception du packaging, vous retrouvez toutes les informations utiles et indispensables aux professionnels (industriels de l’emballage - fournisseurs de matières premières - décideurs/acheteurs…).

Le design de l’emballage est très important, nous sommes dans un nouveau type de recherche du plaisir, marqué par le souci de débanaliser le quotidien.
Tendances et Emballages « détecteur de tendances » vous accompagne dans votre développement.

 

Juin 2017

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TRIBUNE

Pascal LENOIR - Président de la CCFI

Toujours faire bonne impression

La parole est donnée ce trimestre à Pascal Lenoir, président de la CCFI, Compagnie des Chefs de Fabrication des Industries Graphiques et de la Communication. Pour rappel, cette association a pour mission de fédérer tous les acteurs de la filière graphique, d’assurer une veille technologique nécessaire à la maîtrise des métiers et process d’aujourd’hui mais aussi de préparer ceux de demain. À quel avenir se préparent les acteurs du secteur ?


Alors que nous n’avons jamais autant consommé d’informations sur tous types de supports initiés et alimentés par des professionnels en BtoB, en BtoC ; que les particuliers sont devenus eux-mêmes des créateurs et diffuseurs de contenus, le média papier a subi, en dix ans, une baisse de sa consommation de plus de 30 %. De ce fait, ont été remis en cause les modèles économiques des filières, leurs capacités à investir, les obligeant à se réinventer à un rythme effréné. Il existe, par conséquent, de nombreuses opportunités à saisir à condition de savoir prendre la bonne vague, d’être crédible, de financer le passé, le présent et créer son avenir.
Alors que le nombre d’acteurs sur notre marché s’est amoindri, notre association, dont l’objet est de détecter de nouvelles opportunités de développement économique et de les encourager, a, en cinq ans, doublé son nombre d’adhérents, son taux de fréquentation du site et ses évènements.
Lors de nos conférences, si parmi les thèmes abordés figurent bien sûr les nouvelles techniques et technologies, nous avons également ouvert le champ de nos thématiques, et les yeux de nos Compagnons, à l’évolution des usages des contenus passés, présents et à venir. Revoir la posture des uns et des autres dans leurs relations professionnelles, dans leur approche client également, était primordial afin de permettre la refonte des organisations et être prêts à se confronter aux nouveaux challenges. Bien sûr, lorsque nous évoquons ce type de raisonnement, nous abordons l’intégration de nouveaux métiers et profils pour enrichir nos réflexions et expériences.
Aujourd’hui, toute nouveauté nous amène à repenser nos modèles économiques, nos organisations de travail et nos relations... Avec la réalité augmentée, l’impression 3D, les réseaux sociaux, les jeunes générations et leur mode de consommation, les nouveaux comportements d’achats (via le net)... tout, autour de nous, change. Nous devons être adaptables et cela est d’autant plus évident lorsque nous sommes techniciens au service des contenus. Nous devons être capables de devancer, donc d’anticiper, les évolutions techniques et technologiques afin de nous permettre de produire autrement des contenus que nos lecteurs et clients consommeront également différemment, de façon cross média mais aussi transversale.

Vous me demandiez : Comment parvenir à instaurer l’industrie 4.0 ?
Il faut réussir à établir un juste équilibre, en tenant compte de la formation, de l’information, de l’arrivée de nouveaux profils, qui permette de conserver du passé ce qui est bénéfique et éprouvé sans que cela n’entrave les révolutions du futur. La continuité doit avoir un sens. Même si une grande partie de nos contenus sont commerciaux nous voyons bien que donner du sens aux actes économiques devient aussi un élément de pérennisation de nos métiers. L’environnement, la responsabilité sociétale... sont des actes importants qu’il faut maîtriser tant en termes de valeur que de communication. L’interdépendance digitale étant aujourd’hui une nécessité, nous devons instaurer des passerelles entre des corps de métiers jusqu’à présent indépendants et non interconnectés. Celles-ci ne peuvent ni exister, ni perdurer sans un travail préalable de connaissance de l’autre et sans cette volonté de travailler « ensemble ». Une fois le lien établi, il faut donc très vite définir le « pourquoi faire ? » et pour « quelles rentabilités ? »

Dans ce souci d’ouverture, nous intégrons à nos conférences et à nos informations tous les signaux faibles ou moins faibles que nous pouvons repérer, non sans avoir consulté des experts pour nous les traduire. Nous sommes convaincus que toutes les filières graphiques, numériques, marketing, presse, édition, packaging, étiquettes, les constructeurs de matériel, les producteurs de matière, les développeurs de soft ont tous intérêt à se rencontrer. Parce que tout devient tellement complexe, rapide, pointu, il nous faut être humble et opportuniste à la fois avec une capacité à partager, échanger, intégrer... Ce sont là des challenges fabuleux qu’il ne faut pas laisser à d’autres l’honneur de relever.

Pascal Lenoir est Président de la CCFI (Compagnie des Chefs de Fabrication des Industries Graphiques et de la Communication), Directeur de la production des éditions Gallimard et Président de la commission environnement et fabrication du SNE. Les compagnons Jean-Philippe Behr et Jean-Michel Laude animeront une conférence sur l’imprimerie du futur sur le prochain salon Graphitec et la présidente du jury Véronique Pivat proclamera à cette occasion le prestigieux prix du 61ème concours du Cadrat d’Or.